LA PEINE VITE

Je suis le Président du Frémok !

Le Président de ceux qui se moquent de ceux qui s’en moquent

Le Frémok de ceux qui s’étonnent, mais que rien ne choque

Je suis ce qui se cherche et se trouve, s’entrechoque, se disloque

Ce qui s’entredéchire pour le meilleur, pour un fi,  pour une fée, pour un nom d’amokh

Je suis *DémoniaK!

Je suis le Dernier président.

Le Président du roi des rois, le pape des soupapes, le nabab du baobab,

Bling bling, oui, c’est moi qui suis king et queen

A-FRMK de France, des grands Cerbères, des Berbères et des Barbares

Je suis tout pour tous, par tout et par tous, étoilé et étiolé,

L’avènement des temps salaces sucrés ou salés, salué ou sali d’un simple regard

Je suis *DémoniaK!

Je suis le Dernier président et le premier.

Le Président des envies ravalées entièrement, des entiers avalés à moitié, des atterrés vivants

Le Frémok des emmurés verts, des grises mines de plomb et des profils d’ors et diamants,

Le Franc du profit bas et immoral, de l’amorale pour morfales exsangues

Et des bons vivants morts, gercés, édentés d’avoir goûter mon sang

Je suis *DémoniaK!

Je suis à cette heure, à cette aube et pour l’éternité, Président du Frémok et du reste !

Président-Providence, évident et droit de l’Endroit et donc de l’Univers

FRMK des cavernes et des casernes, Frémok des transverses et des travers

Je suis le futur d’avant  le derrière, l’envers d’avant le décor, le décorum  du rhum, l’opium du pensum

le Kasp-partum, le post-barnum, tous les Millésimés en magnum

Je suis Démoniak en somme!

Je suis le Dernier président et je vous enterrerai tous,

Le cul à l’air, pour l’amour de l’art d’aimer

Je suis le président du FRMK d’Est en Ouest, du début indigène jusqu’à la faim indigeste

Le Frémok du Komerf de l’onomatopée , un phare syncopé du salon d’un boutiquier de A à Zéro

La moue enragée, l’amour ravagé, l’amour haché de la rivale dont je suis l’alter ego

La face gâchée, entachée, détachée du miroir aux alouettes

Je suis Démoniak !

Je suis le Dernier président du Frémok

Le ressens-tu bien profond en toi ?

La sens-tu cette large verve, cette larve puissante et pesante?

Bien implantée, agrippée, se réjouissant ardemment de tes entrailles ?

Tu aimes quand ça fait mâle, pur et dur comme du Frémok ?!

Tu aimes donc démoniaque, pauvre insecte !

Et *DémoniaK te déchire.

Sois mon résidu. Mon dû. Ou tu es perdu.

Pour l’éternité et La postérité

Suis *DémoniaK et tu seras *DémoniaK

Suis Frémok et tu seras FRMK

Le premier, la seule et l’unique

Sur la terre comme au ciel,

Il ne reste plus une dent.

Je suis le Dernier président.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s